DIX ALIMENTS MENACÉS D’EXTINCTION

pas de fèves, pas de chocolat ! copyright Reporters/LAIF
pas de fèves, pas de chocolat !
copyright Reporters/LAIF

Peut-on imaginer un  monde sans chocolat ? Sans saumon ? Sans bananes ? Sans pâtes alimentaires ? Sans miel ? Et même, Madre de dios, sans tequila ?

 

Difficile d’envisager une existence dépourvue de ces denrées si communes. C’est pourtant ce qui risque d’arriver à plus ou moins brève échéance. Le nom du coupable est connu, il s’appelle changement climatique.

 

Les modifications profondes engendrées par l’activité humaine perturbent le régime des vents et des précipitations, favorise la migration d’espèces nuisibles (insectes, mammifères, batraciens, poissons) vers des terres nouvelles, multiplient les épisodes de sécheresse et d’inondations. Résultat : les cultures et les animaux dont sont issus ces aliments sont menacés de disparition pure et simple.

Le danger est réel mais l’issue n’est pas inéluctable.

Si nous parvenons à faire baisser le niveau des émissions de gaz à effet de serre, à réduire l’épandage de pesticides et, plus globalement, à moins polluer l’air, la terre et les eaux, nos repas continueront d’être variés et délicieux. Sinon, ce sera régime pilules nutritives et rations sans goût comme dans les films de SF des années 70.

1 Le chocolat.

Les fèves de cacao, matière première de cette gourmandise de plus en plus appréciée, sont en danger. La hausse des températures associée à des pluies erratiques dans plusieurs pays d’Afrique (70 % de la production de fèves) a entraîné une hausse de 40 % en un an du prix du chocolat. Et il ne risque pas de baisser de sitôt : « le prix du chocolat et des confiseries à base de chocolat va inévitablement monter », prévient ainsi Sterling Smith, un spécialiste du marché du cacao cité par le Figaro. L’avenir est sombre comme une plaque de chocolat noir. Au mieux, le coût des friandises et autres pâtisseries chocolatées va bondir. Au pire, les enfants peuvent dire adieu à la chasse aux œufs de Pâques.

 

laissez le manger sa banane (tant qu'il y en a encore ...)
laissez le manger sa banane (tant qu’il y en a encore …)

2 La banane

Les républiques bananières vont-elles changer de nom ? Le fruit jaune et allongé dont elles tirent leur sobriquet est en effet menacé par le champignon Fusarium oxysporum, qui attaque les racines des bananiers. Aucun remède n’est disponible. Seule solution : replanter les arbres sur un sol vierge. La banane Gros Michel, décimée par cette maladie dite de Panama, a laissé place à la Cavendish. Mais cette remplaçante est à son tour attaquée en Asie et en Australie. Seule résiste l’Amérique du Sud, lieu de production principal des bananes. Mais certains biologistes pronostiquent une arrivée du champignon tueur sur ce continent d’ici 2015.

 

poisson courageux et vaillant, le saumon va-t-il survivre au changement climatique ?
poisson courageux et vaillant, le saumon va-t-il survivre au changement climatique ?

3 Le saumon

Les amateurs de saumon, frais ou fumé, vont devoir modifier leur menu. Poisson d’eau froide (10 à 18 °C), le saumon est menacé par la montée continue de la température des eaux. La restriction de son habitat naturel et la pollution des cours d’eau n’arrange pas les choses pour ce poisson vigoureux capable de remonter des centaines de kilomètres de rivière pour aller frayer. Bien sûr, il y a l’élevage. Mais qui a envie de manger du saumon gavé d’antibiotiques et autres molécules chimiques ?

ce ne sont que quelques pâtes, Seigneur !
ce ne sont que quelques pâtes, Seigneur !

 

4 Les pâtes alimentaires

Le Don Patillo de la pub  va devoir changer son fameux slogan (mais ce ne sont que quelques pâtes, Seigneur). En Italie, patrie des spaghettis et des macaronis, les rendements de production de blé dur devraient commencer à décliner dès 2020 selon The Australian, et la céréale pourrait carrément disparaître du pays au cours de ce siècle. Une sorte de catastrophe nationale pour l’Italie, qui sera obligée d’importer les ingrédients d’autres pays. Et donc d’augmenter la production de CO2.

 

Maya l'abeille à du plomb dans l'aile ...
Maya l’abeille à du plomb dans l’aile …

5 Le miel

On le sait, Maya l’abeille a un pris un sérieux coup dans l’aile. Ces insectes producteurs du délicieux liquide ambré – et surtout principal vecteur de la pollinisation des fleurs – tombent comme des mouches sous l’assaut des pesticides. Certains prophètes de malheur prévoient même l’extinction de l’humanité si les abeilles venaient à disparaître.

 

Thanksgiving sans sa dinde, inimaginable pour les Américains
Thanksgiving sans sa dinde, inimaginable pour les Américains

6 La dinde

Les Américains vont-ils devoir dire adieu au repas de Thanksgiving ? Cette fête d’action de grâce est célébrée le quatrième jeudi de novembre autour d’une dinde, animal découvert par les premiers Européens débarquant sur le Nouveau Monde. Endémique sur le continent nord-américain, la dinde sauvage a failli disparaître sous l’effet conjugué de l’agriculture dévoreuse de forêts et de la chasse intensive. Cette version sauvage est toujours menacée d’extinction. Bien sûr, il y a l’élevage (bis) …

 

Tabernacle ! les érables souffrent
Tabernacle ! Les érables souffrent

7 Le sirop d’érable

Des pancakes (crêpes) sans sirop d’érable ? Les Canadiens, dont la feuille rouge de cet arbre est l’emblème national, risquent de s’étouffer devant pareille perspective. Les érables souffrent des pluies acides, de l’infestation de certains insectes et de la déforestation. ‪Le professeur Luc Bouthillier de l’Université Laval de Québec ‬craint que « ‪ les pluies acides ne déciment la population d’érables à sucre du Sud-Est du Canada‬ ».

 

Plus d'agave = plus de shots ni de margarita
Plus d’agave = plus de shots ni de margarita

8 La tequila

Caramba ! La tequila, cet alcool blanc distillé à partir de l’agave, un genre de cactus, est en danger. L’agave a besoin d’eau. Or, des périodes répétées de sécheresse dans les régions mexicaines productrices d’agave ont considérablement réduit la surface cultivable. Et comme la tequila ne peut être fabriquée à partir d’une autre plante, plus d’agave, plus de shots !

 

délicieux mais menacé
délicieux mais menacé

9 Les cochonnailles

Pour les Anglais et les Irlandais, difficile d’imaginer un breakfast sans bacon. Quant aux Américains, ils en mettent à peu près partout. Dans les burgers, bien entendu, et jusque dans les glaces sundae ! (véridique). Mais il devient de plus en plus cher d’élever et nourrir des porcs, et les fermiers américains ont tendance à réduire la taille de leur cheptel. En France, la révolte gronde contre les porcheries industrielles largement responsables de la prolifération des algues vertes et de la pollution de l’eau du robinet. La disparition du porc serait un vrai tour de cochon pour tous les amateurs de jambon et autres saucisses.

 

le café arabica d'Ethiopie contient 98 % des gènes de l'arbuste
le café arabica d’Ethiopie contient 98 % des gènes de l’arbuste

10 Le café

Alerte sur le café ! Que vont devenir les conversations autour de la machine du même nom? Les bouclages de journaux à grands coups d’expresso ? Le petit noir du matin au zinc ? Car la culture du café souffre elle aussi de la déforestation – le caféier est un arbuste – et du changement climatique. Selon le magazine Time, la fin est proche pour la variété sauvage de l’Arabica. Des chercheurs ont montré que les terrains favorables à cette culture pourraient diminuer de 65 %  d’ici 2020, et même de 99,7 % d’ici 2080 ! Heureusement, 70 % de la production de café ne provient pas des arbustes qui poussent librement en Éthiopie, mais de cultures commerciales. Néanmoins, l’Arabica cultivé artificiellement perd de sa diversité génétique, et devient plus sensible aux maladies. D’où l’intérêt de protéger le café sauvage, qui ne pèse que 5 % de la production éthiopienne, mais rassemble 98 % des gênes de l’Arabica.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− trois = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>